• Sabine

Sol Elias - Tête de tambour

Mis à jour : 9 mai 2019


« C’est l’histoire d’une dévoration. »

La folie. Fragile, sensible voire hypersensible, de cette hypersensibilité folle, collante, foutraque qui fait d’une vie, une écharde, une béance, un trou, des morsures, des écueils là où pour les autres il n’y a qu’un simple obstacle. Les yeux fermés, les phalanges à s’en crever l’iris. La monstruosité. Fragile à se taper la tête contre la vie, aux questions qui n’aboutissent à aucune réponse, à ne savoir se contenter que de fragments d’instants, de lucidité, de rage, d'amour, de colère. Fragilité comme ces vertiges qui s’installent, ces sensations de nausée, de crochets qui envahissent le corps, la tête, le cœur et laissent exsangue, inerte, immobile, sans force. Une boule à l’intérieur. Etre fou.


« Tête de tambour, tête de tambour, tête de tambour.

Roulement grosses caisses, caisses claires

Et un, et deux ! Et un, et deux !

En ordre de marche avancent

Le désastre et la déclenche. »


Tête de tambour, tête de tambour, tête de tambour.

Tête de rien.

Tête qui va et vient.

Tête de trop de plein.

Attention fragile. Ne pas secouer.


Se secoue tout seul, se secoue comme une feuille, une page où les mots tanguent, s’écrivent, les mots s’éparpillent. Brouillon et tas de boule. Fragile à tout foutre en l’air, lui comme les autres, la famille, les amis, surtout la famille d’ailleurs. Un père qui sue pour colmater les brèches à coups d’argent et de reproches, une mère qui ne sait quoi faire pour donner son affection, l’affection à un fils qui mord, se noie, sombre, se cogne à la vie, à sa fragilité ultra sensibilité exacerbée, une sœur qui essaie, une nièce qui hérite.


« Où est la boussole pour se repérer sur une carte qui a perdu son nord ? »


Fou à lier.

Paranoïa.

Schizophrène.


« Maman, pourquoi m’as-tu fait fêlé ? Pourquoi m’as-tu fait si sensible ?


A qui mettre la faute, un héritage lourd à porter, l’héritage d’un foutu chromosome vengeur paternel ou maternel, qu’importe. La vengeance permanente, celle qui nourrit comme celle qui dégoute. Détruit tout autour. Cette foutue faute qui comble le trou, les trous, l’affection, le trop d’amour, le trop plein des sentiments, des émotions, le sombre et le noir. La vengeance comme une violence. Permanente. Une lutte comme une façon d’exister, comme une folie, une vie inexistante, étrange inhumaine, bourrée aux psys et leurs recettes savantes, étranges, aux tranquillisants et autres médocs, antipsychotiques, anxiolytiques, ces substances chimiques anéantissant tout.


« Pas de continuum possible, la linéarité achoppe, que des fulgurances, des élucubrations, des météores éparpillés, à attraper avant qu’ils ne s’écrasent au milieu des chaos. »


Fou à devenir rapace au bec acéré, à priver de joie, d’humanité la vie des autres. A envoyer paitre et faire l’autruche, croire au miracle d’une vie possible impossible. Tête de tambour. Vide de rien, rempli de tout. L’enfer d’une existence de bout de papiers, de cachetons avalés, recrachés, de cures d’hôpitaux et de centres spécialisés.


« Je ne souhaite à personne de mener cette existence suspendue entre la réalité, la pensée, les dialogues, entre ce que je crois, ce que je dis. Je ne souhaite à personne la cave. La vie en cave.

La sous-vie »


Tête de tambour.

Tête de rien.

Tête qui va et vient.

Tête vide.

Tête de trop de plein.


Tête de tambour comme cette part de folie extrême qui nous habite, nous étouffe, comme des bouts de vide et de plein qui nous étanche toute soif, toute part de vie. Borderline sans pitié pour soi et pour les autres. Sans pitié à se taper la tête. Une tête de tambour dans « le grand tambour de la vie, même passé au lavage. »


« Nous portons tous nos fantômes, la vraie question est de savoir jusqu’où nous pouvons coexister avec eux sans qu’ils nous dévorent. »

Tête de tambour de Sol Elias fait partie de la sélection des 68 premières fois, éditions 2019. A retrouver sur le site, toutes les chroniques des éditions passées, en cours ainsi que les diverses opérations menées.



Tête de tambour

Sol Elias

Rivages




© 2023 template by Shades of Pink. Proudly created with Wix.com 

  • Grey Instagram Icon
  • Grey Facebook Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now