• Sabine

Mélanie Leblanc - Des étoiles filantes




« Je te souhaite que l’on t’écrive un poème une fois rien que pour toi »

Des étoiles filantes et des cailloux.

Des souhaits pour tout, pour tous.


Des souhaits pour la vie, les amours, les amis, les enfants, les parents. Des souhaits comme des petits mots que l’on murmure dans le creux de l’oreille, que l’on crie sur la plage à marée basse/haute ivre de joie et de gaité. Des souhaits comme des ivresses de bonté.

Des souhaits comme des caresses, des rires, des regards qui vous reconnaissent, des mains qui vous soutiennent, des rires à gorge déployée, des tristesses qui vous donnent envie de lécher une peau salée, des richesses humaines. Des je vous souhaite que l’on a envie de détacher un par un et d’offrir au passant, à l’amie, à celui ou celle, à l’inconnu, à qui l’on souhaite.


Des souhaits comme une générosité, celle que l’on ose plus exprimer, celle que l’on retient pour ne pas éclabousser, déborder. Des souhaits de cœur, des souhaits cachés, des souhaits qui viennent du placard à balais, celui des monstres et des cauchemars qu’on apprend à apprivoiser. Des souhaits de debout, des souhaits de coucher. Des souhaits de bises et de voluptés. Des souhaits qui prennent soin de ta solitude, de toi, de ceux qui sont là, de vous, de moi. Des souhaits de voir les yeux fermés.


Des souhaits courts comme on peut les souhaiter longtemps.


Des souhaits de partir pour mieux revenir. Des souhaits qui nous donnent à croire à la victoire du sauvage et du fragile, du beau. Des souhaits d’entendre les mots doux que l’on dit en silence comme ceux qui se dansent sur les ruines et les bâtisses que l’on reconstruit. Des souhaits pour tous ceux dont on ne voit plus les corps, ni les regards, ceux qui disparaissent sans laisser de trace et qui accordent du rythme à tout ce qui bat.

Des souhaits pour ce caillou dans ta chaussure qui te rappelle que tu existes, les nuages qui laissent passer les pensées et les paysages, les mots à l’envers et ceux à l’endroit, les mots qui s’écrivent sur les pages, les pages qui s’écrivent dans les livres, les couleurs qui éclaboussent la toile, les regards qui font photographies.


Des souhaits pour les colères saines, des souhaits pour celles et ceux qui ne souhaitent plus. Des souhaits comme des rires en rivières, des portes qui ouvrent vers d’autres mondes, des grands soirs et des matins immenses. Des souhaits de défroisser les ailes et de voler, qu’importe l’imprévu qui fait soulever la poussière, la valse qui fait danser maladroitement les corps enlacés. Des souhaits de fin qui soient des débuts, des baisers d’aube partagée, des rides de sourire qui viennent encore embellir. Des souhaits comme des horizons plein d’intérieur.


Des souhaits comme Des étoiles filantes. Comme ceux de Mélanie Leblanc. Des souhaits comme des feuilles de papier reliées et qui s’envolent pour mieux être aimés.


Où que tu ailles, je te souhaite des étoiles filantes et des nuits étoilées.


« Je te souhaite d’essayer et si ça marche pas tant pis. »


Des étoiles filantes

Mélanie Leblanc

Editions Les Venterniers




231 vues0 commentaire