• Sabine

Loïc Demey - Aux amours

Dernière mise à jour : 23 févr.



« je vous appelle les paupières closes en espérant jusqu'à cent, je vous appelle en fixant les confins de l'allée de tilleuls, je vous appelle en chuchotant les mélodies que vous affectionnez, je vous appelle entre les plumes des cygnes, à travers les roues des bicyclettes, jetant des cailloux qui rebondissent à la surface quiète de l'eau, je vous appelle, depuis la première marche de la passerelle, je vous appelle en me rongeant les ongles, rajustant le col de ma chemise et époussetant les particules de terre qui couvrent mes chaussures à force de gratter le sol, je vous appelle et vous êtes là, assise auprès de moi »

Il n’est pas rare que je sois submergée par l’émotion ressentie lors d’une lecture. Comment exprimer l’inexprimable, la fascination pour un texte, pour un auteur ? Comment décrire ce panel de sensations, de sentiments lorsqu’écrire devient impossible. Comment parler de Aux amours de Loïc Demey sans divulguer, ressentir ce monologue, cette lettre puissamment belle, divinement désirable.


Loïc Demey est connu pour avoir écrit Je, d’un accident ou d’amours. Un poème à en oublier le verbe, la soif extraordinaire de l’amour, du désir et de la passion, la retenue. Une fulgurance poétique sensuelle, sensorielle, un marivaudage classique et d’une modernité déconcertante, un incontrôlable pouvoir du déraisonnable déraisonné amoureux.

Et il en est de même pour D’un cœur léger, carnet retrouvé du dormeur du Val. Un écrin de sons, d’espoirs, de paysages, d’horreurs bestiales, guerrières et d’amours, de solitudes et d’émotions. A fleurs de peau, à fleurs d’hommes. Envoutant, magistral, émouvant.


Aux amours.


« puisque je ne sais rien de vous ne connaissez rien de moi, je vous suppose, je vous présume, je vous soupçonne autant que je vous cherche »

Ecrire un roman aurait pu être une redite, un exercice périlleux pour Loïc Demey. Doser, entretenir un texte comme on entretient le désir, patienter, ricocher sur une virgule, se précipiter sur un bas de page, se laisser prendre au jeu de la séduction, de l’attente, des silences vertigineux, des rêves qui prennent corps et âmes, laisser monter les frissons, la sensation du cœur qui se perd dans les méandres de l’angoisse, la déambulation d’une sensualité tout en finesse, la découverte, la passion, l’ennui, la douleur.


« j'aime regarder en moi pour apercevoir si je vous y décèle, j'aime le vide qui se remplit de vous, je veux dire l'amour est un art comme les autres, il n'a pas à respecter des étapes invariables, ce processus défini à l'avance, la découverte, la passion, les tensions, l'ennui puis la douleur, dans cet ordre, toujours, nous devrions dérégler les rouages, pervertir le mécanisme et remonter le torrent, tout entreprendre pour préserver l'émotion primitive »

Aux amours est cela. Un roman où chaque mot révèle la puissance et la dimension sensorielle d’une écriture, où lire, découvrir cette longue lettre, ce monologue sur l’attente, le désir, le rêve, la sensualité de l’amour revient à redécouvrir son écriture, ce qui est caché derrière. Loïc Demey écrit avec une incroyable douceur, un charme poétique enivrant. Il ensorcelle nos sens, magnifie nos sentiments, retourne le cœur et l’âme. Son écriture est faite de chemins détournés, de désirs, de chuchotements et de silences, d’ivresses et de brûlures, de feux et de rêveries, de douleurs et d’éblouissements. C’est sidérant et troublant de beauté. Une folie sans nom. Epidermique. Inclassable.


Il est dit que j’aime définitivement l’écriture de Loïc Demey, que j’aime corner toutes les pages de ses livres, m’enivrer devant la beauté de son écriture, me retrouver sans voix une fois le dernier mot lu, être en manque, en attente d’un nouveau texte, d’un autre amour.


« nous prétendons aimer et être aimés, nul n'est et ne devra être condamné pour cela puisque l'amour, l'orgueil et le manque jamais ne se décrètent, toujours nous y serons exposés »

« demain vos paroles, votre visage et votre silhouette se seront effacés, alors je vous inventerai encore, je vous chercherai encore, je vous attendrai ailleurs et nous nous retrouverons comme si jamais nous ne nous étions quittés »


Aux amours fait parti de la sélection 2022 des 68 premières fois.



Aux amours

Loïc Demey

Buchet Chastel




64 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout