top of page
  • Photo du rédacteurSabine

Charlotte Milandri - Une minute d'avance sur le bonheur


Tous les soirs.

21h21.


Comme un rituel.

Elle photographiait le ciel, qu’il soit rouge ou noir, décadent ou apaisant.


Elle exécrait cette manie du monde de ne plus profiter de l’instant, de le photographier et de le partager instantanément, comme si l’on n’existait que dans ce rapport aux autres.

Mais ce rituel-là était un baume, comme pour ne pas oublier de se poser un instant, comme un rendez-vous avec elle-même.


Il aurait suffi d’être là, au même endroit tous les soirs, pas besoin de s’encombrer de ce téléphone trop connecté pour happer le moment, le garder en souvenir, éphémère, sans avoir besoin de ce papier qui toujours vous rappelle ce qui a été, comme ces albums photos que l’on parcourt nostalgique, en pensant irrémédiablement que c’était mieux avant.


Elle voulait pourtant en garder une trace, pour se rappeler la réalité de ce présent, pour que sa collection de nuages soit le reflet de cette quête de soi, n’est-ce pas là le but de toute collection ?


Et puis un soir, elle était sortie, avait regardé sa montre, il était 21h22, une minute de retard sur sa vie. Une minute d’avance sur le bonheur. Il était là, sur ce ponton. Il l’attendait.



Une minute d'avance sur le bonheur

Charlotte Milandri

Un été jaune carré




5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page