• Sabine

Blanche Baudoin, Albertine - Je tu vous toi


« je VOUS dis j’ai envie de VOUS VOUS me dites j’ai envie de VOUS café non merci pas de café vite l’addition vite ».

Il y eu un accident, d'amour, sans verbe, sans je ou nous, juste lui, elle, avec vous, au détour d'un jardin. Un banc. Un rendez-vous. Il y a eu ce temps, feu incandescent des lèvres entrouvertes, baisers incendiaires, mains au diapason. Culbutes des corps, ivresse, tectonique du cœur, verticalité horizontale. Simplicité et union. Feu.


Je tu vous toi.

Désir évident.

Lui, moi

Tu, nous


Qu'importe le temps, qu'importe le moment. L’évidence. L accident d'amour. Moi, Vous. Nous. Cheveux, bouche, cou, épaules, larmes, étreintes, jouissance. L'intensité du prochain rendez-nous-vous. Encore. L'accident et la feuille. Blanche. Noire. Toi.


« La dernière page sera contre toute attente la première du prochain »

Je. Je comme le pronom, comme un moi, un nous pas encore nous, ni tu, ni toi. Une déclinaison du Je, du avant vous, avant nous, avant toi, avant l’amour. Le besoin, l’évidence du je, du vous, du nous, le désir du corps, la bouche, les bouches, les lèvres, les mains sur mon corps, sur nos corps, sur ton corps. Le je du vous du nous des lèvres horizontales, verticales, l’épure de la pulsion-fusion, l’étreinte des mots, la culbute des sens. Pudique et intime, universel et toi.

Monosyllabes de l’attirance évidente, du peu de mots nécessaire pour dire ce nous pas encore toi, mais déjà plus je ou vous. Et Albertine, sans les mots. Albertine et son jeu d’ombre et de lumière, le constrat du noir t blanc, du je et du nous, du toi.


Toi

Moi

Nous

Je te vous toi.


Et la page blanche du prochain nous.


« NOUS NOUS aimons essentiellement sur le blanc de la page à venir ».

Je te vous toi

Blanche Baudoin - Albertine

Le chat polaire

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout